dimanche 19 avril 2015

Transformation du site de l’expo universelle / partie 1 / la Power Sation of Art

Un musée incroyable dans l’ancien « Pavillon du Futur ».
Un fabuleux volume low-tech, coquille vide en forme de chaînon manquant entre la Tate Modern et le Centre Georges Pompidou.

Extrait d’un article de Claude Hudelot du 26 octobre 2012 dans Médiapart
« La "Shanghaï Power Station of Art" joue dans la cour des grands »
"Avec ses 165 mètres de haut, son immense thermomètre fluo, la cheminée de l'ancienne usine électrique devenue, le 1er octobre dernier, la Shanghaï Power Station of Art (PSA), est visible de loin, de très loin.
D'autant que cet ensemble considérable, initialement construit en 1897, long de 128 m, large de 70 m, haut de 50 m - soit 41.200 m2, 15.000 m2 de salles d'exposition - se situe le long du fleuve Huangpu, côté Puxi, au sud-est de la métropole. Loin des gratte-ciel de Pudong.
Cette usine, monstrueuse par sa taille et par ses capacités à polluer Shanghaï, avait été, en 1997, reconvertie en usine à gaz, puis désaffectée en 2005, avant de devenir, lors de l'Exposition Universelle, en 2010, le Pavillon du Futur, dans une scénographie audacieuse conçue par François Confino, avec le soutien de Carmen Bueno, ex Directrice artistique de l'Expo Universelle de Séville.
A l'époque, le bâtiment était resté dans son jus. La proposition des deux concepteurs, très ludique, poétique et totalement déjantée de l'avenir avait séduit les foules, attirant chaque jour des milliers de gamins et d'adultes subjugués.
Le bouche à oreille aidant, il fallait parfois attendre des heures avant de pouvoir pénétrer dans le seul bâtiment préexistant à l'Expo Universelle. Un lieu habité, inspiré, tranchant avec la plupart des autres pavillons, coquilles dans lesquelles chaque pays faisait, avec plus ou moins de bonheur, sa "promo".

Ce succès a très certainement influé sur la décision des autorités étatiques et shanghaiennes de créer là, et non dans un nouvel édifice, le premier musée d'art contemporain public du pays.
Cette décision fut prise l'année dernière. Comme celle, parallèle, de créer, dans l'ancien Pavillon de Chine, un immense "Palais des Arts de Chine" destiné à remplacer le Musée des Beaux-Arts de Shanghaï. Soit cette fois 64.000 m2 d'espaces d'exposition répartis en 27 salles.
Il était alors demandé - le mot est faible! - aux deux directeurs - Li Lei pour le Palais des Arts, Li Xiangyang pour la PSA - et à leurs équipes, de prévoir l'ouverture de ces deux géants le 1er octobre 2012. Ce qui fut fait !"
La suite ici.Le site ici : http://www.powerstationofart.com/en/



En avril 2015, la PSA accueillait une fabuleuse exposition Renzo Piano.
Autonomie des parties, toitures systématiquement flottantes, structures autoportantes et un savoir inégalé à concevoir des systèmes d'assemblages sur mesure et hyper-spécifiques.
De la gerberette de Beaubourg à l'extension du kimbel Museum à Fort Worth, une carrière et une vie.



Aucun commentaire: